ondes électromagnétiques

Mon smartphone dès 4 ans…

L’industrie a trouvé le moyen de rendre accrocs vos enfants aux smartphones dès l’âge de 4 ans. Qui dit mieux ?!

Qui sait, l’un de vos proches aura peut-être trouvé super disruptif et hyper original d’offrir à votre bambin, ou votre bambine (l’objet dont nous allons parler existe en bleu et en rose, merci l’originalité), le KidiCom Max. KidiCom, quesako ? C’est «un super portable spécialement conçu pour les enfants», vante sur son site internet le «leader mondial du jeu éducatif électronique», Vtech. Ça ressemble à un smartphone comme deux gouttes d’eau, mais c’est encore mieux que ça : «Au-delà d’un portable, KidiCom MAX est aussi une console ludo-éducative très complète pour jouer et apprendre avec ses héros préférés, prendre des photos, des vidéos, écouter sa musique ou regarder ses dessins animés favoris !»

Ainsi, plus besoin d’attendre l’adolescence pour être accro à son portable et passer ses journées le nez collé à l’écran : le constructeur précise bien que son jouet convient aux enfants dès 4 ans ! En effet, il a été «spécialement conçu pour les enfants à partir de 4 ans. L’enfant est guidé oralement à chaque étape. Inutile de savoir lire. Dès 4 ans, votre enfant profitera des activités les plus faciles : écouter des histoires, regarder des vidéos…»

Le ministre de l’Éducation a-t-il pensé à interdire les portables dans les classes de petites sections de maternelle ? On en rajoute à peine. Car, contrairement à ce que laisse entendre la publicité, le KidiCom n’est pas tout à fait un portable quand même, puisqu’il ne peut pas se connecter au réseau téléphonique.

CONNECTÉ AU RÉSEAU WIFI

En revanche, il se connecte bel et bien aux réseaux wifi pour envoyer des sms ou des photos, surfer sur le net, télécharger des applications… Tout cela étant bien sûr «sécurisé», selon le constructeur. Les associations Priartem et Agir pour l’environnement ont de leur côté alerté leurs adhérentes sur les dangers de ce «jouet», ainsi que les pouvoirs publics. Elles rappellent notamment que l’Anses, agence de sécurité sanitaire, conseillait dans l’un de ses derniers avis de «dissuader l’usage par les enfants de l’ensemble des dispositifs de communication mobile, par exemple en étendant à ces dispositifs les dispositions réglementaires interdisant la publicité ayant pour but direct de promouvoir la vente, la mise à disposition, l’utilisation ou l’usage d’un téléphone mobile par des enfants de moins de quatorze ans.»

Vtech ne s’est pas démonté pour autant, menaçant ces assos de les poursuivre en justice si elles ne stoppaient pas leur mauvaise publicité. Alerté, les ministres concernés ont pour leur part brillé par leur silence. Bon, en attendant, si quelqu’un offre un tel gadget à votre petite, faites-lui un beau cadeau : renvoyez-le au constructeur.

NB