Les opérateurs préparent le déploiement du réseau 5G. Cette technologie, qui émet de très puissantes ondes, est pensée comme l’articulation d’un monde hyperconnecté.

Vivement 2020 ! D’ici trois ans, en effet, devrait être mise en service la 5G, autrement dit le réseau téléphonique de cinquième génération. Rendez vous compte, c’est formidable : vous pourrez télécharger via le réseau sans fil les deux derniers volets de La Guerre des Étoiles en une poignée de secondes, grâce à un débit moyen de 50 Mbits/sec, c’est à dire environ 100 fois la vitesse de la 4G ! Atteindre une telle rapidité ne sert à rien ? D’accord. Mais cette technologie est surtout imaginée comme l’articulation du monde de demain, celui où votre frigo tapera la discussion avec votre liste de course 2.0, en relation avec l’application régime-bien-être de votre smartphone et votre assurance santé, pour vous faire livrer automatiquement la nourriture que vous devrez ingurgiter le lendemain. C’est le monde formidable des objets et compteurs connectés, des villes et des réseaux « intelligents », qui feront et penseront tout à votre place, mais dans lequel vous aurez sauvé une liberté fondamentale : celle de choisir la marque de votre prochain smartphone.

Les opérateurs sont ravis : des antennes 5G ont été testées et, apparemment, ça fonctionne. Le déploiement massif pourrait donc débuter très prochainement, et se faire d’autant plus vite que le gouvernement envisage de faciliter la tâche aux grandes boîtes du secteur. Le projet de loi Élan (Évolutions du logement et aménagement numérique) en cours de discussion prévoit en effet d’annuler les principales dispositions de la loi Abeille qui encadraient, un peu, l’implantation des antennes relais, notamment en consultant les maires et en informant les riverains. Une lourdeur assurément insupportable que le gouvernement aimerait lever. Certes, cela se fait à une période où les recherches établissent un lien de plus en plus certain entre l’exposition aux ondes et certaines pathologies. Mais bon, « on n’arrête pas le progrès »

27 RÉSEAUX AU MÊME ENDROIT

Le réseau actuel est pourtant loin d’être saturé. Nous devrions d’ailleurs plutôt parler « des », et non « du » réseau. Chaque opérateur, en effet, se voit attribuer de nouvelles fréquences dès qu’une nouvelle technologie le réclame. Chacun dispose actuellement de 5 bandes de fréquences (sauf Free, dernier arrivé sur le marché, qui n’en possède « que » 4). Faites le calcul : cela signifie que, dans les zones les mieux équipées (principalement les villes), 19 réseaux fonctionnent en même temps, et en permanence ! Avec la 5G, chacun se verra attribuer 2 bandes de fréquences supplémentaires (pour les techniciens : 700MHz et 3,5GHz). Nous aurons alors 27 réseaux, ce qui vous permettra de regarder, en streaming, dans le métro, sur votre smartphone, les neuf épisodes de La Guerre des étoiles… en même temps ! Avec le paquet d’ondes auxquelles vous serez alors soumis·e, peut-être même que vous vous mettrez à parler comme Chewbacca.

Nicolas Bérard

Cette chronique a été initialement publiée dans le numéro de juin 2018
du mensuel indépendant L’âge de faire