Ce site internet est le prolongement de l’ouvrage Sexy, Linky ?, co-édité par le journal L’âge de faire et la maison d’édition Le passager clandestin.

L’âge de faire
Journal L'âge de faire

Fondé en 2005, le journal L’âge de faire traite d’écologie, de citoyenneté, d’économie sociale et solidaire… Avec un leitmotiv : « On n’attend plus les solutions venues “d’en haut”, on prend les choses en main pour construire le monde tel que nous le souhaitons ! Et tant pis, ou tant mieux, si ça ne plaît pas à ceux qui nous dirigent ». Au-delà de la critique, ce mensuel alternatif s’efforce de donner à ses lecteurs « des outils pour changer le monde ».

Pour cela, le journal a constitué son propre arsenal. D’abord, un statut de scop (société coopérative et participative) en vertu duquel l’entreprise est la propriété de ses seuls salariés – sept travailleurs qui s’auto-exploitent dans la bonne humeur. Ainsi, aucun parti politique ou riche actionnaire n’a la possibilité de venir fourrer son nez dans la ligne éditoriale du canard. Pour garantir son indépendance vis-à-vis des pouvoirs politique, économique ou autres, L’âge de faire a également fait le choix de ne jamais succomber au chant des très rémunératrices sirènes de la publicité. Enfin, L’âge de faire s’est toujours débrouillé pour être vendu à un prix abordable : début 2017, il coûtait 1,50 euro pour 24 pages.

Le modèle économique de L’âge de faire se situe donc, à peu de choses près, à l’exact opposé de tout ce que prêchent les patrons de journaux « classiques ». Le secret ? Une armée de lecteurs fidèles qui font connaître le titre autour d’eux, et un réseau de distributeurs alternatifs (biocoops, magasins bio, cafés associatifs, particuliers, épiceries solidaires, etc.) qui diffusent par conviction le journal et les idées qu’il porte.

Ces idées, ce sont celles d’une écologie émancipatrice, d’une solidarité joyeuse, d’une inventivité humaniste, d’une résistance conviviale… L’âge de faire s’efforce de dénicher les alternatives portées par des citoyens presque ordinaires aux quatre coins du pays et de la planète, puis d’aller à leur rencontre pour mettre en lumière leur démarche. Et, pourquoi pas, favoriser ainsi leur essaimage. Voilà la finalité de L’âge de faire : informer en toute indépendance tout en donnant à chacun la possibilité de participer à un « effet d’emballement positif » de la société.

www.lagedefaire-lejournal.fr

 

Le Passager clandestin

Le passager clandestin est une maison d’édition indépendante, inscrite dans le champ de la critique sociale et attachée à l’exploration de nouveaux possibles politiques. Elle publie des textes qui se rapportent entre autres à l’écologie radicale, la décroissance, la désobéissance…, et propose de lutter contre l’idée d’un ordre immuable de la société en éclairant les fondements idéologiques d’un système soi-disant « naturel », auquel il n’y aurait d’autre issue que de s’adapter.
Rééditions, textes d’anticipation, livres de combats, essais, documents historiques… Si nos livres exigent parfois un effort pour déplacer le regard, ils sont aussi porteurs de joie, de liberté et d’espoir dans l’avènement d’un monde plus juste.

Fondée en 2007, notre maison d’édition a aujourd’hui 10 ans et notre catalogue compte plus de 130 titres.

Le choix de l’édition indépendante, dont on sait qu’elle doit constamment lutter pour survivre, constitue, en soi, une prise de position. Cette indépendance est à la fois une condition et l’un des buts de notre activité. Elle repose sur un ensemble de pratiques et d’échanges peu formalisés, en prise directe avec les lieux et les gens. Chacun de nos livres a son histoire. Nous en suscitons beaucoup, nous en devons certains au hasard des rencontres, nous recevons des manuscrits de qualité… La fabrication n’est qu’un aspect d’un processus initié bien avant la parution et qui se poursuit longtemps après. Nous nous imposons une ligne de conduite qui déroge aux pratiques de plus en plus courantes dans le milieu. À titre d’exemples : nous ne sommes pas à le recherche du « coup » éditorial ; nous imprimons en France ; nous pratiquons les prix les plus bas possibles.

Notre petite équipe publie entre 20 et 25 titres par an, prend régulièrement part à des salons et festivals, organise des rencontres en librairies, participe à des actions collectives où s’exprime la créativité résistante.

www.lepassagerclandestin.fr